La Reine des Neiges - Long-métrage d'animation (2013)
La Reine des Neiges - Long-métrage d'animation (2013)

Long-métrage d'animation de Chris Buck et Jennifer Lee Aventure, jeunesse, musique 1 h 42 min 27 novembre 2013

Anna se lance dans un voyage à la recherche de sa sœur, la Reine des Neiges, dans l’espoir d'arrêter l'hivers éternel que cette dernière a provoqué.

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Film La Reine des Neiges torrent



J'avais à l'origine vu un teaser du film, présentant un bonhomme de neige rigolo sur un lac gelé, ainsi qu'un renne / caribou. Curieux, j'attendais avec un intérêt certain l'oeuvre, présentée comme nouveau film des studios de Disney Animation. Malheureusement le trailer doucha rapidement mes espoirs : c'était une putain d'histoire de princesses, encore, encore, encore.

Et puis je me suis laissé convaincre par des amis de donner sa chance au film : bien m'en a pris. Car s'il est question de princesses, il est aussi question de briser comme il faut les tropes inhérents au genre, et de ce point de vue le film est une belle réussite.

Elsa et Anna sont soeurs, princesses héritières du royaume d'Arendelle, situé dans un univers moyen-âgeux vaguement nordique. Mais Elsa souffre malgré elle d'une étrange affliction : elle a le don d'invoquer le froid, la neige, la glace, mais n'en possède malheureusement pas le contrôle. Afin de protéger son secret et son entourage, Elsa se coupe du monde, jusqu'à son couronnement où, malgré elle, elle provoque une ère glaciaire en plein été et fuit son propre royaume. Anna se lance alors à sa recherche.

Premier point : on évite le manichéisme habituel avec des personnages dont la personnalité n'a certes pas trente-six facettes, mais où les méchants ne sont finalement pas ceux que l'on croît. C'est plus qu'appréciable, vraiment, surtout venant de Disney qui n'a quand même pas trop cette habitude.

Deuxième point : on évite habilement le trope de la damsel in distress, c'est vraiment super bien fait là-dessus, le film se joue du spectateur qui s'attend jusqu'au bout à retomber dans un clacissisme éculé, pour mieux le surprendre. Vraiment très malin.

Troisième point : le film est techniquement hyper chiadé, ce n'est pas encore du Pixar loin s'en faut mais on s'en rapproche vraiment sérieusement.

Quatrième point : l'humour. Formidable, et pour une fois il ne se cantonne pas aux personnages secondaires. Certes, Olaf, Sven, le marchand du magasin de montagne / sauna, sont hilarants, mais Anna a une foultitude de répliques / situations très drôles.

Cinquième point : et défaut, parce qu'il en faut bien un. Putain, que je hais les chansons dans les films d'animation. Même quand elles sont pas trop mauvaises, comme c'est le cas ici, mais rien d'inoubliable non plus. Mais je hais les chansons, putain que je les hais. Il y en a trop, surtout au début du film. En fait l'essentiel est condensé dans la première moitié du long-métrage, comme s'ils avaient un quota à coller mais après c'est pas tout ça on a une histoire à raconter. Mais ça reste trop. Vraiment.

Sixième point : non seulement il y a une scène post-générique bien marrante, mais en prime il y a une vanne PENDANT les crédits. Gardez l'oeil ouvert.

En conclusion, sans atteindre les sommets stratosphériques de Wreck-It Ralph, le Disney 2013 est un bon cru. Et ça fait deux ans d'affilée qu'il se révèle encore meilleur que le Pixar. Ça en dit long sur la crise que traverse le "studio prodige".

Et le court-métrage qui précède le film est formidable.