Fate/Extella: The Umbral Star (2016) - Jeu vidéo
Fate/Extella: The Umbral Star (2016)  - Jeu vidéo

Jeu vidéo de Marvelous Inc. et XSEED Games Nintendo Switch, PlayStation 4, PS Vita et PC Visual Novel, action, jeu de rôle 10 novembre 2016

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Jeux Fate/Extella: The Umbral Star (2016) torrent



Fate/Extella se déroule après les événements de Fate/Extra. Vous avez gagné la guerre du Saint Graal du système SERAPH, vous récupérez le Regalia, vous n'y comprenez rien si vous n'avez pas fait Fate/Extra, check. Oui désolé je tape cash dans le vif: les explications scénaristiques sont lacunaires et le jeu part du principe que vous avez fait Extra (ce qui est mon cas ouf).

Fate/Extella rappelle Fate/Extra. Là où Extra était un donjon RPG, Extella est un musou mais les deux incorporent de GROSSES phases de visual novel (et tout en anglais dans les deux cas, navré). Du coup, si vous espériez tataner cash non stop, raté, il va falloir lire un peu... Un peu beaucoup, vous passerez plus de temps dans les phases VN que dans les phases musou honnêtement. Et là on atteint le gros problème de ce jeu... Son scénario lacunaire qui n'est littéralement qu'un harem. J'ai été déçu. Si dans Fate/Extra, Saber et Caster avaient l'étiquette d'Esprits Héroïques lors de duels épiques avec des grands discours puis quelques scènes de romance avec le protagoniste un peu moyennes, dans Extella, elles passent littéralement leur temps à se coller au bras du protagoniste en mode "mon homme!"... Et vu que vous allez passer plus de temps à lire, ces scènes mièvres ont littéralement cassé mon immersion, me faisant totalement oublier l'aspect Esprit Héroïque en route. Mais quid d'Altera la troisième figure qu'on voit sur la boîte. Elle est mystérieuse, elle est sérieuse, elle est badass... -arrive au troisième scénario, celui d'Altera- Elle a une sorte de dédoublement physique avec une géante gentille qui découvre le monde et devient du putain de matériel à waifu... VOUS AVEZ REUSSI A POURRIR LE SEUL PERSONNAGE A POTENTIEL, BORDEL! (c'est à peu près quand j'ai réalisé ça que j'ai pris la décision de dire "fuck le scenar" et de skip toutes les scènes VN)

Bref. Pour ce qui est des mécaniques de jeu, je confesse ne pas être un expert des musous mais en en parlant avec un ami, le roster de 16 personnages (y'en a un 17ième mais c'est Nero sous hormones en ULTRA fanservice sans exagération aucune donc je compte pas) est plutôt vaste et ceux-ci bénéficient de combos nombreux et aux effets variés qu'il faudra débloquer en les menant jusqu'au niveau 25 environ. Et je suis obligé de reconnaître que c'est jouissif de bourrer des hordes d'ennemis en faisant exploser les 1000 kills avec ces personnages. Ajoutez des sous-quêtes pour varier votre expérience de jeu pendant les missions et on a un jeu franchement sympa en terme de gameplay, tant qu'on en reste au musou j'entends. Seul bémol, la présence de seulement 6 maps qui est toutefois balancé par la présence d'events qui donnent du coup 2-3 versions de chaque map en terme de scénario. Chaque route scénaristique comprend 6 batailles, la dernière ayant le mérite de vraiment changer des phases de jeu classique et du coup le jeu se finit un peu vite sur cet aspect (si bien sûr vous passez la phase VN). Dommage juste qu'à force, mais là c'est la faille des musous en général, le jeu finisse par devenir redondant. Les graphismes sont meh mais c'est pas plus mal pour les performances du jeu lui-même, je n'ai personnellement jamais vécu de chute de fps pendant mes parties, peu importe les milliers d'ennemis se baladant sur mon écran.

Du coup Extella est un bon musou... Pourri par un côté visual novel foireux au possible tant il suinte le fanservice. Je pense qu'il y a de fortes chances que comme moi vous passiez les cutscenes passé un certain point de l'histoire tant ça vous cassera les bonbons pour plus vite aller aux grosses batailles bien vénères. Des batailles qui elles font le café, autant techniquement que visuellement, et nous rappellent qu'on manie avant tout des Héros de l'humanité, dieu merci!