No Game No Life - Anime (2014)
No Game No Life - Anime (2014)

Anime de Atsuko Ishizuka Fantastique, comédie, animation 1 saison (terminée) AT-X 25 min 9 avril 2014

C’est l’histoire d’une fratrie de NEET/Hikikomori (frère et sœur) qui sont des hardcores gamers indétrônables jusqu’à devenir une légende urbaine sur internet connue sous le nom de Kuuhaku. Un jour, ils sont transportés dans un monde Fantasy où la Guerre y est interdite. Tous les différends se règlent par des jeux…

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Serie No Game No Life torrent



Pourquoi je me permets d’écrire une critique alors que l’animé n’est pas fini ? Parce que je considère qu’une fin ne peut que très rarement changer notre vision sur l’œuvre d’autant plus quand c’est prévisible comme ici. Est-ce un mal pour autant ? Bof à vrai dire tout le monde s’en fout un peu du scénario, même s’il conditionne des défauts de l’animé, mais en général on s’en bat les steaks.

No Game no Life donc, déjà, proclamé animé de la saison et surtout divertissement hors-pair. Quel problème me demandez-vous ? Eh bien du calme jeune blanc-bec j’y viens mais avant toute chose parlons de ce qui est bien dans cet animé. (Ouais je commence par les bons points sinon j’ai peur de me faire défoncer =( ).

Comme dit au dessus, NGNL est un animé de divertissement pur et j’avoue que j’ai été diverti. La plupart du temps je ne voyais pas le temps passer quand je regardais un épisode, encore plus dans la 2ème partie du 11ème épisode. Donc en ça, l’animé réussit parfaitement son pari, distraire sans trop gaver, on va y revenir, et proposer un trip LSD plutôt intéressant.

Après un Mahou Sensou terrible au niveau de l’animation et des couleurs, MadHouse sort le grand jeu. Du flashy, ça bouge dans tous les sens, ça reste lisible en toutes occasions, bref, digne d’un bon blockbuster bien filmé. En plus de ça les batailles, si on me permet ce nom, sont très bien mises en scène, agréables, offrant des moments de tension vraiment exquis (fin de l’épisode 11 encore). Encore une fois c’est vraiment très bon, on peut douter jusqu’à la dernière seconde.

Sauf que on « peut » seulement douter. Un des principes des jeux est de miser, toujours plus gros, pour toujours plus de tensions. Sauf que à trop vouloir en faire, la tension a fini par disparaître chez moi. Je m’explique, comment pourrais-je avoir peur pour des personnages qui mettent en jeu des choses toujours plus grosses ? Comment pourrais-je avoir peur pour des personnages qui se battent contre un personnage qui semble faire déjà parti de leur équipe ? Kaiji me mettait bien plus la pression si vous voulez une comparaison.

Aussi bon les combats soient-ils, aussi bonne la tension soit-elle, qui a sérieusement eu peur qu’ils perdent ? L’artifice marche vraiment. J’ai envie de voir la suite, comment ils vont gagner. Comment ils vont gagner car ils ne peuvent pas perdre, c’est impossible sinon l’animé s’arrête. Ok ok on me dira que j’ai clamé au début : « le scénario on s’en fout ». C’est exact on s’en fout, mais son exécution reste quand même importante !

L’autre problème c’est les explications qui coupent le rythme déjà très haché. Le scénario ne se prend pas au sérieux, par contre en matière de matage de nombril, il n’est vraiment pas mauvais du tout. Pour nous expliquer par A B comment ils ont gagné, leurs techniques de jeu, etc on en rajoute des tonnes. Et dans ces cas là c’est bien d’avoir un personnage idiot qui va résumer ce qui a été dit, dans un discours longuet, en une seule phrase du genre « En fait vous avez fait ça ! ». Prendre les spectateurs pour des idiots n’est pas agréable, pour nous, de base mais si en plus vous prônez quelque chose qui n’est que pseudo-compliqué, ça va pas le faire.

Oui je chipote, je pinaille, car il est vraiment là pour moi le défaut majeur de l’animé, le rythme. Entre les phases de combat très prenantes, on a le droit à des explications et à de la comédie qui a une tendance trop facile à faire de la parodie bien grasse pour amuser le spectateur. Je crois que l’épisode qui me reste le plus en travers de la gorge est celui où ils se baladent en ville. Episode au combien long et gavant. Je vais ici ressortir l’argument que personne n’aime, le pantsu-shot et autre fan-service (qui ne se résume pas qu’à l’ecchi). Je ne crache pas sur l’ecchi quand ce dernier peut offrir quelque chose (épisode 11 par exemple ça ne me dérange pas), je le critique quand ce dernier est utilisé à outrance dans le simple but d’en faire. Quand Steph se retrouve à poil ce n’est pas drôle, c’est très long, répétitif et inutile. Mais il fallait faire passer 25 minutes avant le prochain combat avec des discussions sautant du coq à l’âne qui pour permettre d’amener le combat suivant.

Autrement dit, moi aussi je sais résumer, il y a une mauvaise balance entre les explications, les passages fillers et les batailles. Ne sachant pas comment garder l’attention du spectateur on lui lance un faux semblant de rythme en foutant la nana de plus en plus à poil, en tentant d’expliquer pourquoi ceci, pourquoi cela. Sauf que la poudre aux yeux n’a pas marché sur moi. Terrible, l’ennui a donc suivi durant ces épisodes. Impatient de voir la suite mais désespéré du moment présent. Cela aurait pu, aurait du, être rattrapé par les personnages. Mais… Sora reste un personnage sympathique, trop soupe au lait pour qu’on s’y attache mais pas mauvais. A côté de ça on a Shiro qui est le personnage statuette. Mais si vous savez le personnage qui a toutes les caractéristiques pour être sur les armoires des grotakus. Elle a des cheveux longs, elle est petite, fragile, un joli minois,.. bref la loli parfaite. Ah mais non mon bon monsieur, tente-t-on de m’arrêter, Shiro est intelligente. Oui et ? Je veux dire ça ne change en rien le caractère profond du personnage qui reste une loli très plate que ce soit dans ses dialogues ou dans son character design. C’est pas parce qu’elle sait faire une équation que d’un seul coup elle devient un personnage intéressant. Steph, elle, est gavante au possible et ne sert qu’à être une paire de seins sur jambe, ce qui a tendance à m’énerver aussi, et Jibril est spéciale mais comme Sora, sans être incroyable, elle reste agréable à suivre.

Dernier point, je parlais plus au haut du design assez sympathique de l’animé. Je ne reviendrai pas dessus, même moi je l’aime beaucoup. Mais il faut se rendre à l’évidence, il ne sert à rien. A contrario regardez Kaiba, Madoka, Mononoke, ces animés ont des designs qui servent un propos et ne sont pas juste de beaux apparats. Ici c’est malheureusement le cas. Certes, ça permet une animation agréable car différente et c’est joli, mais qui reste profondément inutile.

En fait No Game No Life j’ai l’impression que c’est un gamin qui bat des pieds et des mains dans l’eau. Parfois j’ai envie de m’amuser avec lui, et il réussit à m’amuser, et parfois j’ai juste envie de le faire couler. Au final on a un animé qui reste très agréable à regarder, qui fait passer du bon temps mais qui essaie aussi de montrer des choses de façon trop ostentatoire. Du coup même si j’ai bien rigolé avec lui et même s’il n’était pas désagréable à regarder, j’ai une amertume qui me reste en bouche, celle du « aurait pu faire bien mieux ». J’ai aussi un peu l’impression que, comme Kill la Kill dernièrement, c’est l’animé qui fait lever les foules à sa sortie puis qui sera oublié dans 3 mois en attendant l’annonce d’une saison 2 qui ravivera les passions. Dommage car j’aurai vraiment voulu l’aimer autant que j’ai aimé Kill la Kill malgré ses défauts tout aussi gros car aujourd'hui on sait tous combien c'est dur de prendre du bon temps dans la japanimation quand elle est gangrénée d’œuvres qui ont tendance à toutes se ressembler. Au moins ici on innove. Peu mais on innove.

J’hésite à mettre la recommandation mais cette dernière viendra peut-être avec le temps si j’en garde un bon souvenir ou si l’épisode 12 me fout sur le cul, ce dont je doute.

Prenant, agréable, tangible et oubliable, ça résume bien non ?